informer sensibiliser éduquer

La jeunesse face à la crise informationnelle

Au Niger, le défi de la jeunesse face à la crise informationnelle

La jeunesse nigérienne constitue l’avenir de l’information dans le pays. Elle doit aujourd’hui se prémunir contre la désinformation impactant la population.

la jeunesse face à la crise informationnelle

Primo-diffuseurs sur les réseaux sociaux, mais aussi nouvelle génération de journalistes, les jeunes nigériens constituent l’avenir de l’information dans le pays. Directeur de l’école supérieure de journalisme et de communication (ESJC) à Niamey, Idrissa Ousseini souligne son importance dans le contexte actuel : « Nous sommes dans des pays avec un fort taux de jeunes. Il est bien beau de vouloir partager de l’information. Cependant, il faut qu’ils aient les moyens techniques de pouvoir analyser et traiter ce à quoi ils font face en ligne. Ils sont beaucoup plus exposés à la désinformation que les adultes. »

Initier les consommateurs de news en ligne à la vérification, mais aussi développer leur esprit critique est donc essentiel. Cela vaut d’autant plus pour les futurs chercheurs de vérité. « C’est maintenant que l’on a besoin d’une jeunesse qualifiée. Il faut qu’elle sache tirer le vrai du faux afin de ne pas induire nos communautés en erreur et renforcer le sentiment de confiance envers les médias […]. » poursuit le directeur de Radio Jeunesse Boukoki. En temps de crise politico-sécuritaire, la sensibilisation de la nouvelle génération occupe une place de choix dans la création d’un avenir sain. Porte-paroles de la réalité, les journalistes et communicants ont un véritable rôle d’acteurs du développement au sein du territoire.

Point sur la crise informationnelle

Le dernier classement RSF place le pays en 61e position. Au Niger, comme partout au Sahel, le paysage médiatique tend à se développer. Au sein des rédactions, une crise informationnelle se ressent. En 2023 déjà, le Bureau du Conseil d’Administration de la presse au Niger exprimait « une profonde inquiétude » quant à la situation. Dès lors, l’auto-censure constitue une tactique de survie de choix pour certains médias et le traitement de l’information de plus en plus patriotique.

Pourtant, l’objectivité est au cœur même d’une bonne pratique journalistique. S’il est humainement impossible d’être totalement impartial, la déontologie du métier impose une neutralité lors de tout traitement de l’information.

Interrogé par le Cercle des Communicants et des Journalistes Francophones (CCJF), le journaliste Olivier Assogbavi partage son opinion sur les difficultés rencontrées par la profession au Niger : « Ici comme ailleurs, le journalisme est un métier à risque […] Par ailleurs, il manque un cadre de formation professionnelle adapté aux besoins actuels du métier, ce qui n’encourage plus les jeunes à s’y intéresser ».

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réseau social

Astuce du jour

Testez-vous !

Testez vos connaissances sur le fact-checking
ASTUCE

Articles

Catégories

Articles liés

Rejoignez le groupe

des passionnés d'actualité digitale sur l'Afrique !